Deux alpinistes au sommet d’une montagne

L’alpinisme : le guide pour débutant

Vous avez toujours rêver de vous retrouver au sommet d’une montagne pour observer la beauté du monde qui vous entoure depuis le meilleur point de vue qui soit ? Vous aimez le sport et les chalenges qui demandent de se dépasser ?

Si la réponse est « oui », vous avez besoin de l’alpinisme dans votre vie !

Garantissant de magnifiques paysages de montagne, l’alpinisme vous offre l'occasion de profiter pleinement de la nature, tout en testant vos limites physiques et mentales.

Le guide qui suit est destiné aux débutants qui souhaitent se lancer dans l’ascension de leur premier pic. Nous vous expliquerons les compétences nécessaires pour se lancer dans ce sport, le matériel à acheter quand on est débutant et nous vous donnerons tout un tas d’astuces pour démarrer ce nouveau hobby en toute sérénité.

Exigences et compétences pour se lancer dans l'alpinisme

La différence entre randonnée de montagne et alpinisme n’est pas toujours très claire… et c’est normal, les deux sports sont similaires en de nombreux points. Alors que la randonnée se pratique sur les sentiers battus, l'alpinisme se caractérise par son côté randonnée « hors-piste » et sa touche d’escalade. C’est donc un sport multifacettes. Si votre itinéraire vous emmène à plus de 3000 mètres d'altitude, les alpinistes parlent alors souvent de haute montagne. C'est la discipline ultime de l'alpinisme qui demande une bonne préparation avant de se lancer.

Vous l’aurez compris, le terme « alpinisme » est souvent utilisé comme terme générique combinant les différents sports de montagne. En fonction du degré de difficulté et de l'altitude que vous voulez parcourir, vous devrez avoir déjà maitriser les activités de montagne suivantes avant de vous lancer dans l'alpinisme :

  • randonnées de montagne moyennes à difficiles
  • randonnée sur glacier
  • pentes raides et accidentées
  • technique d’escalade en haute montagne

L’alpinisme est un sport dangereux, avant de vous lancer, il vous faut aussi une bonne connaissance du comportement à adopter en altitude et une expérience de la randonnée ainsi que de l'escalade en montagne. En outre, les compétences suivantes sont importantes :

  • Avoir le pied sûr : vous devez pouvoir vous déplacer en toute sécurité sur différentes surfaces difficiles.
  • Ne pas avoir le vertige : Vous allez monter assez haut en altitude, mieux vaut ne pas avoir le vertige.
  • Savoir s’orienter : savoir lire une carte, une boussole, un altimètre et un GPS sont des conditions de base pour s'orienter sur un terrain non balisé.
  • Avoir une bonne endurance : rejoindre le sommet d’une montagne prend des heures (voir des jours) et nécessite donc une bonne condition physique.
  • Bien évaluer ses compétences : pour éviter de vous retrouver perdu en montagne ou de vous surmener avec un circuit trop exigeant, vous devez pouvoir évaluer de manière réaliste votre état de santé et votre condition physique.

Sauter le pas de la randonnée vers l’alpinisme n’est pas une mince affaire et si vous êtes débutant, peut-être vaut-il mieux se tourner vers un club alpin ou un guide de montagne pour votre première aventure. Vous serez bien accompagné, découvrirez tous les conseils de sécurité importants et apprendrez à escalader une montagne par vos propres moyens.

AmpouleL'alpinisme a été déclaré patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l'UNESCO. La raison : « L'escalade et la randonnée en montagne reposent sur un large éventail de connaissances des conditions naturelles et météorologiques, ainsi que de ses propres capacités physiques ».[1]

AmpouleL'alpinisme a été déclaré patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l'UNESCO. La raison : « L'escalade et la randonnée en montagne reposent sur un large éventail de connaissances des conditions naturelles et météorologiques, ainsi que de ses propres capacités physiques ».[1]

Quel équipement choisir pour l’alpiniste débutant ?

En alpinisme, vous allez parcourir de nombreux kilomètres, que ce soit horizontalement ou verticalement. De fait, la météo devrait changer assez fréquemment lors de votre excursion et votre équipement devrait être adapté à ces changements.

Néanmoins, veillez à ce que vos bagages soient aussi légers et efficaces que possible. Nous vous recommandons donc de prendre un sac à dos léger et ergonomique de grande capacité. Voici une liste d’équipements qui devraient se trouver dans votre sac[2]:

  • Crampons (donnent une bonne prise même sur les terrains difficiles)
  • Chaussures de montagne à hauteur de cheville avec un profil antidérapant et adhérent
  • Vêtements à porter en couche d'oignon (avec sous-vêtements thermiques et veste isolante en fonction du dénivelé prévu)
  • Un bon casque de sécurité
  • Lampe frontale
  • Gants et bonnet pour les excursions en haute altitude
  • Suffisamment d’eau et de nourriture
  • Carte, guide de randonnée, boussole
  • Corde de sécurité
  • Équipement d'escalade (aussi pour les glaciers)
  • Trousse de premiers secours avec couverture de secours et téléphone portable d'urgence chargé
  • Bivouacs, si nécessaire
Des alpinistes avec des sacs de montagne remplis d’équipement

N’oubliez pas qu’une protection solaire adéquate est également extrêmement importante en haute altitude, car le soleil est amplifié par la neige et la glace et a donc un effet encore plus intense sur votre peau. Si vous prévoyez un voyage de plusieurs jours, il faut également prévoir assez de vêtements de rechange car vous aurez potentiellement du mal à laver et faire sécher votre linge (surtout en hiver). Si vous passez la nuit en refuge de montagne, vous aurez également besoin d'un sac de couchage, d'une trousse de toilette et d'une petite serviette de bain.

Comment bien choisir et planifier son itinéraire

La première étape consiste à se focaliser sur la région que vous souhaitez parcourir et le climat qui vous intéresse. Si vous n’avez aucune idée, vous trouverez des idées d'itinéraires sur Internet ou dans les bons vieux guides et cartes de randonnée. Vous y trouverez également des informations importantes sur la longueur, le dénivelé et la difficulté de l'itinéraire.

Il est essentiel de toujours évaluer votre état et vos capacités physiques de manière réaliste. Pour les débutants, il est recommandé de faire votre première randonnée avec un alpiniste ou un guide de montagne expérimenté. Une fois que vous aurez gagné en expérience, vous pourrez partir tout seul. Il est alors conseillé de choisir des itinéraires dont le sommet ne dépasse pas les 2500 mètres.

Un autre point important concerne les passages où il faut escalader. Il est plus difficile de grimper sur des rochers en altitude que lorsque vous êtes protégé des éléments dans votre salle d’escalade. Par conséquent, commencez avec des passages d'escalade qui sont deux niveaux de difficulté en dessous de votre niveau en salle d'escalade. Ainsi, vous pouvez être sûr d'atteindre votre objectif sans difficultés majeures et de réussir votre première randonnée en montagne.

Prévoyez toujours suffisamment de temps pour les imprévus et les pauses. Si aucun temps de marche approximatif n'est indiqué pour l'itinéraire que vous avez choisi, vous pouvez suivre les indications suivantes concernant les distances moyennes parcourues en une heure :

  • Ascension verticale : 300 mètres
  • Descente verticale : 500 mètres
  • Chemin plat : 4 kilomètres

Avant de commencer votre randonnée, vérifiez toujours les prévisions météorologiques. Le temps peut changer rapidement en montagne. Par conséquent, posez-vous certaines questions importantes avant le départ : où se déroule le parcours ? Y a-t-il des raccourcis ? Des routes secondaires ? Tout ceci vous permettra d’être bien organisé en cas d’imprévu.

PiègeL'alpinisme offre une expérience unique de la nature. Sur un terrain partiellement non aménagé, vous trouverez votre chemin de façon autonome sans faire appel aux voies créées par l’homme. Optez toujours pour un comportement respectueux de l'environnement et suivez les règles d’escalade compatibles avec la nature.

PiègeL'alpinisme offre une expérience unique de la nature. Sur un terrain partiellement non aménagé, vous trouverez votre chemin de façon autonome sans faire appel aux voies créées par l’homme. Optez toujours pour un comportement respectueux de l'environnement et suivez les règles d’escalade compatibles avec la nature.

Bien choisir la difficulté de son itinéraire

Pour réussir vos premières sorties en montagne, vous devez évaluer de façon réaliste votre condition physique et choisir un itinéraire adapté à vos capacités. Nous avons compilé ci-dessous certaines lignes directrices que vous pouvez suivre pour planifier correctement votre itinéraire :

Mauvaise condition physique Circuits avec jusqu'à 800 mètres de dénivelé Max 5 heures de marche
Endurance moyenne Circuits avec jusqu'à 1200 mètres de dénivelé Max 7 heures de marche
Bonne endurance Circuits avec jusqu'à 1600 mètres de dénivelé Max 10 heures de marche
Très bonne condition physique Tours de plus de 1600 mètres d'ascension Plus de 10 heures de marche

En France le système de cotation pour les randonnées alpines est assez spécifique avec des degrés de difficulté réparti en 7 niveaux, qui sont plus ou moins équivalents à la cotation UIAA[3]

F Facile
PD Peu difficile
AD Assez difficile
D Difficile
TD Très difficile
ED Extrêmement difficile
EX Abominablement difficile

Il est possible d’affiner les niveaux de cotation à l’aide d’un « + » ou d’un « - », voir aussi parfois avec des chiffres comme pour la cotation UIAA. 

Notez cependant que la plupart des pays et régions utilisent leur propre marquage pour les sentiers de randonnée et les niveaux de difficulté pour les passages d'escalade, les montées et les circuits alpins. Par conséquent, avant de commencer votre périple, informez-vous sur les échelles de cotation régionales.

Les consignes de sécurité à suivre en montagne

Il est important de ne jamais partir seul en montagne, surtout si vous êtes débutant. Les groupes de 2 à 6 personnes minimum seront parfaits pour s’entraider et se soutenir en cas d'urgence. Avec un groupe, vous pourrez aussi partager ce merveilleux moment avec d’autres et ça, ça n’a pas de prix.

Deux alpinistes qui s’aident pour grimper sur une montagne

En alpinisme, certaines règles de conduite importantes doivent être respectées :

  • Informez l'auberge ou l’hôtel de votre itinéraire, des changements de parcours et de votre heure approximative d'arrivée. Ils pourront ainsi fournir des informations concernant votre localisation en cas d'urgence.
  • Évitez les zones orageuses. Si une tempête pointe le bout de son nez, abritez-vous immédiatement. S'il n'y a pas d’abris à proximité, alors accroupissez-vous sur une surface plane et isolante (par exemple votre sac à dos), position assise, genoux repliés et pieds joints[4].
  • Lors des excursions en haute altitude, tous les membres du groupe doivent maîtriser les techniques de sécurité et de sauvetage en cas de crevasses et de glaciers.
  • Si vous prévoyez un voyage en haute altitude à plus de 2500 mètres, il est conseillé de monter petit à petit pour s'habituer à l'air de la montagne. Si vous grimpez dans les Alpes, vous devrez faire au moins 2-3 arrêts d'acclimatation de plusieurs jours afin de pouvoir supporter les différences d’altitudes sans avoir le mal des montagnes[5].

Il est également utile de mémoriser les numéros d'urgence locaux en cas de besoin. En cas d'urgence, vous pouvez appeler à l'aide aux numéros suivants :

  • Numéro d'urgence européen : 112
  • Sauvetage en montagne en France : 112 (ou 114 par SMS)
  • Sauvetage en montagne en Allemagne : 112
  • Sauvetage en montagne en Autriche : 140
  • Secours en montagne en Suisse : 144
  • Sauvetage en montagne en Italie/Tyrol du Sud : 118

Si vous n'avez pas de réseau en montagne, redémarrez le téléphone. Entrez maintenant le 112 au lieu du code PIN et vous pourrez passer un appel d'urgence.

Si votre téléphone portable ne fonctionne pas, vous pouvez utiliser l’un des trois signaux de détrèsse[6]. Pour ce faire, essayez de signaler votre présence environ 6 fois par minute (c'est-à-dire toutes les 10 secondes). Utilisez un sifflet, faites du bruit, utilisez un signal lumineux ou agitez votre veste… l’important est d’être vu ou entendu. Vous pouvez aussi utiliser un système de géolocalisation comme l’application « GendLoc » développée par la gendarmerie nationale.

Point d’exclamationEn devenant membre de la fédération française des clubs alpins de montagne (FFCAM), vous bénéficiez d’une assurance « garanties Responsabilité Civile et Défense Recours ».

Point d’exclamationEn devenant membre de la fédération française des clubs alpins de montagne (FFCAM), vous bénéficiez d’une assurance « garanties Responsabilité Civile et Défense Recours ».

Conclusion

En tant qu'alpiniste, vous avez la chance de profiter du meilleur de ce que la montagne peut offrir… mais cela comporte certains risques. Vous devez posséder de l'expérience en randonnée et en escalade pour atteindre votre destination en toute sécurité et devez être bien organisé quand il s’agit de votre sécurité.

Planifiez soigneusement votre itinéraire à l'avance et faites notamment attention à la difficulté du parcours. Il est important de bien connaitre son corps et ses capacités physiques avant de se lancer dans l’alpinisme. Prenez des cours au tout début et vous pourrez ensuite profiter de la montagne au sein d’un club ou avec un petit groupe d’amis de 2 à 6 personnes.

Références

[1]https://ich.unesco.org/fr/RL/l-alpinisme-01471
(au 21.01.2020)

[2]https://www.versant-montagne.com/infos/faire-son-sac/
(au 21.01.2020)

[3]http://www.grimporama.com/francais/technique/cotation.htm
(au 21.01.2020)

[4]https://www.montagnes-magazine.com/pedago-que-faire-cas-orage-montagne
(au 21.01.2020)

[5]https://www.planetesante.ch/Maladies/Maladies-d-altitude
(au 21.01.2020)

[6]https://www.trekmag.com/les-3-signaux-detresse-connaitre-absolument
(au 21.01.2020)

Sources des images

iStock.com/amriphoto

iStock.com/acavalli

iStock.com/wildart

iStock.com/tomazl