Recyclage et traitement des déchets sont des piliers importants de l’économie circulaire

Cradle to Cradle : nos produits dans l’économie circulaire

Cradle to Cradle

nos produits dans l’économie circulaire

Le Cradle to Cradle (traduit littéralement par « du berceau au berceau » et abrégé en « C2C ») est un précepte écologique ayant pour objectif de créer des produits au cycle de vie infini et pouvant donc être utilisés indéfiniment, afin de tendre vers une économie sans déchet. Le terme peut également être assimilé à « éco-efficacité » et fut créé par le chimiste allemand Michael Braungart et l’industriel américain William McDonough.

Le modèle de ce précepte est la nature elle-même : les feuilles des arbres et les plantent meurent, se décomposent et leurs nutriments sont absorbés par d’autres êtres vivants. Or, suivre un tel système est également possible avec nos biens de consommation, à conditions d’être mis en œuvre correctement dès le départ. Idéalement, une économie circulaire zéro déchet se mettrait en place avant même la production d’un produit. Pour ce faire, les produits doivent être fabriqués en prenant en compte leur utilisation future.

Economie circulaire : repenser les processus de production

Le principe le plus important du « Cradle to Cradle » est son modèle circulaire. Le cercle infini symbolise que les produits et ressources peuvent être utilisés sans fin. Le précepte du C2C distingue deux types de cycles : celui des produits de consommation pouvant nourrir l’écosystème et celui des produits de service destinés à servir de nutriments « techniques » entièrement réutilisables.

Le cycle biologique : cradle to cradle

Le cycle biologique

Le cycle biologique concerne les matériaux composés de matières organiques biodégradables pouvant se transformer en compost après utilisation. Le terme englobe donc tous les produits de consommation : les aliments et plantes d’une part, les vêtements, cosmétiques et certains emballages compostables de l’autre. En effet, un t-shirt peut être facilement décomposé dans la nature, et lors du processus de décomposition, les nutriments libérés seront recyclés par les arbres et les plantes.

Le cycle biologique

Le cycle biologique concerne les matériaux composés de matières organiques biodégradables pouvant se transformer en compost après utilisation. Le terme englobe donc tous les produits de consommation : les aliments et plantes d’une part, les vêtements, cosmétiques et certains emballages compostables de l’autre. En effet, un t-shirt peut être facilement décomposé dans la nature, et lors du processus de décomposition, les nutriments libérés seront recyclés par les arbres et les plantes.

Le cycle technique

Dans le cycle technique, on retrouve tous les produits composés de matériaux industriels pouvant être démontés et réutilisés à d’autres fins. Ces produits sont conçus en considérant chaque étape de la vie du bien.

Idéalement, toutes les matières premières utilisées dans le processus de fabrication pourront être recyclées et réutilisées à l’infini. Le cycle technique concerne les matériaux disponibles en quantités limitées et dont le recyclage prend tout son sens face à l’augmentation de la consommation. Comme exemple pour ce cycle, on peut penser au MP3 qui, idéalement, est récupéré dans un centre de recyclage avant d’être démonté en différents composants techniques. Les pièces détachées peuvent ensuite être recyclées ou réutilisées pour produire d’autres appareils électroniques.

Le cycle technique

Dans le cycle technique, on retrouve tous les produits composés de matériaux industriels pouvant être démontés et réutilisés à d’autres fins. Ces produits sont conçus en considérant chaque étape de la vie du bien.

Idéalement, toutes les matières premières utilisées dans le processus de fabrication pourront être recyclées et réutilisées à l’infini. Le cycle technique concerne les matériaux disponibles en quantités limitées et dont le recyclage prend tout son sens face à l’augmentation de la consommation. Comme exemple pour ce cycle, on peut penser au MP3 qui, idéalement, est récupéré dans un centre de recyclage avant d’être démonté en différents composants techniques. Les pièces détachées peuvent ensuite être recyclées ou réutilisées pour produire d’autres appareils électroniques.

Le cycle technique : cradle to cradle

La situation actuelle : Cradle to Grave ou Cradle to Cradle

La majorité de nos déchets résiduels finissent dans des décharges.

Bien que la protection de l’environnement gagne en popularité dans de nombreux pays, la plupart des consommateurs continuent d’agir à l’encontre de ses principes les plus basiques avec un concept opposé au C2C : le Cradle to Grave (littéralement traduit par « du berceau à la tombe »). La « société du jetable » génère aujourd’hui une quantité monstrueuse de déchets en suivant ce modèle synonyme de dégradation de l’environnement et de gaspillage des ressources mondiales. Contrairement au cycle biologique ou technique du Cradle to Cradle, ce modèle de Cradle to Grave ne prend donc pas en compte les conséquences néfastes pour les générations futures.

Ainsi, ce sont en moyenne plus de 536 kilos de déchets qui sont produits en France chaque année par habitant. A titre d’exemple, ce nombre est de 450 kilos pour nos voisins allemands. Plus marquant encore, il atteint 13,8 tonnes si l’on compte les déchets professionnels. Le plus souvent, ces produits sont brulés directement dans des décharges une fois la fin de leur cycle de vie atteinte, sans pouvoir être recyclés pour créer d’autres biens. Compte tenu de la demande croissante des consommateurs et de l’impact désastreux sur l’environnement, il est plus que jamais temps de se tourner vers un modèle plus durable.

Un nombre croissant de personnes se soucient de l’environnement et cherchent à produire moins de déchets. Cela passe, par exemple, par des gestes écolo simples comme éviter les emballages et bouteilles en plastique ou encore en choisissant des vêtements en matière première éco-responsables.

La certification Cradle-to-Cradle

Le principe du Cradle to Cradle comprend différents critères pouvant être mises en œuvre par une entreprise dans son processus de production. Si toutes les exigences sont remplies lors de la production, les entreprises obtiennent alors la certification Cradle to Cradle®. En fonction du degré d’implémentation de chaque critère, l’entreprise est classée dans les catégories basique, argent, or ou platine. Ces critères de classification couvrent 5 sphères :

Le recyclage et la réutilisation des matériaux

La caractéristique la plus importante d’un produit correspondant au système de Cradle to Cradle est que tous ses composants sont recyclables. Ainsi, les déchets organiques sont 100% biodégradables tandis que les déchets techniques doivent être démontés en pièces détachées afin de pouvoir être réutilisés dans l’industrie. Afin de pouvoir être totalement recyclés, les produits du Cradle to Cradle doivent être manufacturés avec un procédé suivant ce modèle. Pour tendre vers un modèle plus durable, il faut donc penser avant d’agir.

La toxicité des matériaux utilisés

Afin de garantir qu‘un produit ne cause aucun dommage à l’environnement et qu’il soit complètement biodégradable, il faut bien entendu que des matériaux inoffensifs pour l’environnement soient utilisés. Pour les produits techniques, cela implique qu’aucune substance nocive pour l’environnement n’est nécessaire pour sa fabrication. De la même manière, tous les produits compostables doivent être fabriqués à partir de substances organiques ayant été cultivées conformément à des normes écologiques précises. Dans le secteur de la mode, cela signifie par exemple que le coton utilisé pour fabriquer un vêtement a été produit sans pesticides ou autres substances toxiques.

L’utilisation d’énergies renouvelables

L’utilisation croissante d’énergies renouvelables telles que l’énergie solaire contribue de manière significative à la préservation de l’environnement et des ressources. L’idéal étant d’arriver à un avenir dans lequel tous les processus industriels seraient alimentés par des énergies 100% renouvelables et propres. Dans quelles mesures les émissions de CO2 sont compensées pendant les procédés de fabrication est un aspect également pris en compte.

Utilisation écoresponsable de l’eau

Pour produire un simple t-shirt en coton, environ 2500 litres d’eau sont nécessaires. Ce qui correspond plus ou moins à 15 baignoires pleines. En conséquence, il est important d’utiliser l’eau de manière responsable et de limiter sa consommation au maximum. La préservation ainsi que l’amélioration de la qualité de l’eau est également un critère pris en compte dans l’évaluation. Ce point concerne donc en particulier les centres de production exposés à des eaux contaminées. L’objectif étant que la qualité de l’eau soit même améliorée lors des procédés de fabrication.

Promotion de la justice sociale et de bonnes conditions de travail

Enfin, les entreprises doivent également suivre un modèle d’activité prenant en compte le facteur humain en plus de l’environnement lors de la fabrication, de l’utilisation et du recyclage de leurs produits. Ainsi, les facteurs sociaux tels que de bonnes conditions de travail et une rémunération équitable pour améliorer les conditions de vie des employés sont un pilier essentiel du modèle C2C.

Mode éthique : opportunités dans le secteur textile

L’écologie dans le secteur textile est un thème sensible et de plus en plus important. Dans un monde où la mode est souvent qualifiée de « Fast Fashion », les vêtements sont vite démodés et ont souvent une durée de vie très courte, pour le plus grand bonheur des géants du secteur. Rare sont les enseignes prenant en compte le fait que ces habits peuvent être recyclés.

En France par exemple, c’est moins d’un quart de nos vêtements qui seront recyclés chaque année. De la même manière, environ un vêtement sur 5 n’est jamais porté et seuls quelques pantalons, pulls et t-shirts sont portés plus de 3 ans. Les goûts du consommateur et la mode changeant à un rythme effréné garantissent souvent que ces vêtements finiront rapidement à la poubelle.

Différents moyens comme le troc vestimentaire ou le don de vêtements entre amis et membres de la famille existent pour limiter la génération de déchets inutiles. Des concepts alternatifs comme les cafés-couture rencontrent également un succès croissant. Dans de tels lieux, le principe du Upcycling est mis en avant, c‘est-à-dire la création ou la réparation de vêtements à partir de vieux habits. Par exemple, vous pourrez donner une nouvelle vie à votre jeans en le transformant en sac à main.

Les vêtements peuvent aussi être recyclés via des dons et trocs vestimentaires.

Une autre possibilité est de donner une seconde vie à ses textiles grâce au don de vêtements. Certaines organisations humanitaires collectent de vieux vêtements puis les donnent à des personnes dans le besoin ou bien les expédient dans des centres de recyclage de textiles. Ainsi, les fibres des habits usés seront utilisées afin de produire de nouveaux vêtements. Vous pouvez retrouver sur cette page les informations de notre programme de collecte et recyclage « we take it back ».

Les vêtements recyclables ou compostables sont également de bonnes solutions pour éviter le gaspillage. Afin de permettre un processus de décomposition totale et vert des matières, seuls des matériaux naturels et inoffensifs doivent être utilisés lors de la culture des matières premières et de la production.

Les plantes ne doivent donc pas être traitées avec des pesticides ou autres produits chimiques dangereux. Ce sont en parallèle des matériaux durables qui sont utilisés pour une gestion des ressources naturelles réfléchie et efficace. Les vêtements biodégradables par exemple peuvent être fabriqués à partir de coton, de chanvre ou de lin bio. Selon la certification, ceux-ci peuvent même être jetés sur le compost une fois leur fin de cycle atteint.

attentionTous les vêtements issus de l’agriculture biologique ne sont pas biodégradables. Faites attention aux labels et informations disponibles sur les étiquettes.

attentionTous les vêtements issus de l’agriculture biologique ne sont pas biodégradables. Faites attention aux labels et informations disponibles sur les étiquettes.

La certification Cradle-to-Cradle de C&A

C&A collabore avec le fondateur du concept du Cradle to Cradle™ William McDonough et a obtenu la certification Cradle-to-cradle avec la mention Or.

La certification Cradle to Cradle™ Or implique que le produit concerné ne contient aucun matériau douteux. Il a été produit en suivant une stratégie écoresponsable et est entièrement recyclable. C&A par exemple a remplacé les étiquettes en polyester ainsi que les coutures en nylon et utilise du coton biologique pour celles-ci.

Le dernier point de l’évaluation concerne la responsabilité sociale de l’entreprise. Le but étant ici d’améliorer les normes sociales. Cela peut passer par des effets positifs et durables sur la chaine de production ou de la mise en place d’un projet de nature sociale visant à améliorer les conditions de travails des employés et les conditions de vie de la communauté où l’entreprise est présente.

Pionnier du vêtement écologique et de la certification C2C, C&A est la première grande entreprise du secteur de la mode à proposer une alternative durable et montre que les vêtements éthiques et respectueux de l’environnement peuvent aussi être proposés à un prix abordable. Les vêtements C&A certifiés C2C sont entièrement recyclables grâce à leur coton biologique et les autres matières premières naturelles utilisées dans le processus de fabrication. Tous les produits sont disponibles en différentes coupes, tailles et couleurs.

L’objectif de C&A est de proposer une sélection toujours plus grande de vêtements certifiés C2C et servir ainsi de modèle pour les autres entreprises de l’industrie textile. En parallèle, le consommateur doit prendre conscience de son pouvoir et être plus attentif aux biens de consommation qu’il choisit afin d’aider à atteindre cet objectif sur le long terme : penser et agir pour la protection de notre environnement.

Conclusion

Le principe du Cradle to Cradle est un concept aussi ambitieux que durable pour tendre vers une société dans laquelle tous les produits seraient recyclables. Dans l’idéal, tous les matériaux utilisés pour fabriquer un produit peuvent être recyclés ou compostés une fois la fin de leur cycle de vie atteinte. L’objectif étant de mettre en place une véritable économie circulaire où tout produit suivrait un cycle biologique ou technique infini afin de préserver les ressources et l’environnement.

En raison de la conscience environnementale croissante dans la société et l’économie, de plus en plus d’entreprises tentent d‘obtenir la certification C2C. Leurs articles doivent donc être testés afin de valider la durabilité du produit.

Retrouvez plus d’informations sur le Cradle-to-cradle sur les sites suivants :

 www.upcyclea.com/cradle-to-cradle/

 www.mcdonough.com/

 www.c2ccertified.org/

 www.sohow.be/fr/wilmet-group/leconomie-circulaire-premier-pas-vers-le-changement/cradle-to-cradle/

 ecolec2c.bzh/wp-content/uploads/2016/01/La-d%C3%A9marche-cradle-to-cradle-ou-comment-construire-un-b%C3%A2timent-%C3%A0-impact-positif.pdf

Sources des images :

iStock.com/KatarzynaBialasiewicz

iStock.com/vchal

iStock.com/Björn Forenius